mardi 20 août 2019

Hugo BUAN

Plus puissant que les dieux  
de Hugo Buan
Edité par Palémon

Alors que Workan et son équipe se torturent les méninges dans un stage de psychocriminologie censé les aider à mieux appréhender le profil comportemental des criminels, le divisionnaire Prigent leur confie une enquête pour le moins singulière. Des plongeurs ont découvert un étrange sarcophage au pied du barrage de la Rance. Depuis quand ce mystérieux cercueil est-il envasé là ? Que recèle-t-il ? C’est avec stupeur que les flics y découvrent un répugnant cadavre momifié au sourire narquois. Un sourire jaune. Mais Workan, comme on le sait, n’aime pasqu’on se moque de lui… Pour élucider cette affaire, les enquêteurs vont devoir se tourner vers le passé et retrouver, dans la région de Saint-Malo, des ouvriers, encore vivants, qui ont participé à la construction de la première usine marémotrice du monde dans les années soixante… L’un d’eux, de son bureau, ne quitte pas des yeux le grand édifice en béton barrant l’estuaire, pourquoi une telle obsession ? Le magnifique ouvrage d’art incarne-t-il pour lui un temps où il s’est senti plus puissant que les dieux ou bien, au contraire, un infâme destin ?

Biographie: Hugo Buan est né en 1947 à Saint-Malo où il vit et écrit.
 Passionné de polars, après une carrière professionnelle de dessinateur dans le Génie Civil, il publie en 2008 son premier roman, Hortensias Blues, une enquête policière bourrée d’humour à l’imagination débordante. Il crée ainsi le personnage du commissaire Lucien Workan. Pour Workan, seul le résultat compte !
Un honnête premier succès pour l’auteur qui embraye dès 2009 avec « Cézembre noire », dans lequel « il laisse libre cours à son style débridé ».
Ajoutons que ses ouvrages se sont retrouvés sélectionnés pour pas moins de 5 prix, parmi lesquels le Prix Michel Lebrun au Mans et le Prix Polar de Cognac.

SPSP: Depuis l'antiquité nous savons qu'il ne faut pas se prendre pour un Dieu. La construction du Barrage de la Rance a fait croire à certain que savoir maitriser l'océan il pouvait tout faire. La vie, la mort il était le maître....Icare s'est brûlé les ailes ....alors le meurtrier peut il sauver sa vie?  Un roman qui vous tient et vous promène de 1960 à nos jours. un temps où l'homme se croyait Dieu
                                                                                                                       Gisèle

Aucun commentaire: