mercredi 14 octobre 2020

Eric EMERAUX



 " La traque est mon métier"  d'Eric Emeraux

Edité par Plon

La trentaine de femmes et d’hommes, regroupés au sein de l’Office chargé de la lutte contre les crimes contre l’humanité (OCLCH), ne manque ni d’énergie ni de volonté pour faire aboutir les enquêtes et confondre les auteurs des pires atrocités.

À leur tête, le colonel Éric Emeraux lève le voile, pour la première fois, sur le quotidien de ces enquêteurs confrontés à l’insoutenable. La retranscription des témoignages recueillis sur les terrains de guerre est une épreuve particulièrement redoutable. Massacres de masse, exécutions sommaires, tortures, les récits des survivants dépassent l’entendement. Mais ils sont nécessaires à la procédure pouvant mener à la mise en cause du ou des auteurs, et à leur arrestation.

Le colonel Emeraux raconte les auditions hallucinantes de celles et ceux revenus de l’enfer. Lejla, la Bosniaque, qui verra son mari et son fils emmenés pour toujours par les milices serbes, et tant d’hommes et de femmes de son village fusillés sous ses yeux. Désirée, la Rwandaise tutsie, réfugiée dans une église avec ses enfants pour échapper aux tueurs hutus, qui les voit découpés à la machette avant d’être elle-même laissée pour morte dans une fosse commune. Darius et Steve, les Libériens, contraints d’assister aux séances de torture infligées par les troupes rebelles en lutte contre le pouvoir, avec ingurgitation forcée d’huile bouillante, éviscération et actes de cannibalisme. Al Ahmar, le Syrien, rescapé des geôles de Bachar Al-Assad, qui dit les coups, les plaies à vif et les chairs brûlées par des tortionnaires hilares.

Pour chaque dossier, ce sont des heures et des heures d’enquête, de recueil d’informations, de recoupement, de planques, de filatures, pour aboutir enfin à des arrestations, parfois bien des années après ces crimes odieux. Mais peu importe. « Le temps passe, mais la justice demeure »la devise de l’OCLCH.

Profondément convaincu de la nécessité de justice face aux pires exactions, Éric Emeraux partage avec les lecteurs le combat quotidien de ses équipes, pour le droit face à la force, pour l’humanité face à la terreur.

SPSP: Passionnant .Si vous aviez encore des illusions sur l'espèce humaine....il y a de quoi vous décourager! Les année passent , les siècles et toujours pour des thèses idéologiques certains se croient investis d'une mission: éradiquer une race, les croyants d'une religion, milles raison pour assouvir une folie meurtrière pour des intérêts inavouables.  Pas beau....mes frères.                                                                                                                                                                                                 critique de Gisèle


Aucun commentaire: